MÉTRO : Doublement des rames de la ligne 1

Vlys
Modérateur
Messages : 324
Enregistré le : 08 oct. 2011 12:01

Re: [MÉTRO] Doublement des rames de la ligne 1

Message non lu par Vlys » 09 avr. 2015 19:57

Oui un forum de référence pour l'actu lilloise sur les transports mais surtout l'urbanisme (j'y suis depuis presque 10 ans, ça vaut le coup de relire tout le topic sur les transports en commun depuis la première page, pour voir les sujets dont on discutait en 2006 : métro, tram-train... et que peu de choses ont avancé ! :nono:).
Depuis peu on y retrouve seydou qui fréquentait Trans'Lille il y a quelques temps, et qui est bien informé sur le projet 52m et le métro en général :super:.

Avatar du membre
HP
Modérateur
Messages : 758
Enregistré le : 08 oct. 2011 12:18
Localisation : Au terminus de la ligne 5 de feue la CGIT et de la ligne 27 de feue la SNELRT
Contact :

Re: [MÉTRO] Doublement des rames de la ligne 1

Message non lu par HP » 10 avr. 2015 14:32

Dlalilloise a écrit :Bonjour
je vous invite à visiter le site pss-archi : http://www.pss-archi.eu/forum/viewtopic ... 21760&p=47
que j'ai découvert récemment pour avoir d'autres informations sur le retard du chantier de la ligne 1

Cdlt
Depuis la page 1 c'est encore mieux ::d


http://www.pss-archi.eu/forum/viewtopic ... =21760&p=1
Heureux de pouvoir travailler, plutot m'éclater, dans le milieu professionnel qui m'intéresse. Chez Trans Val de Lys, tous les jours, c'est une nouvelle aventure . . .

Vlys
Modérateur
Messages : 324
Enregistré le : 08 oct. 2011 12:01

Re: [MÉTRO] Doublement des rames de la ligne 1

Message non lu par Vlys » 18 avr. 2015 12:39

Le tunnel de la ligne 1 éclairé
mardi 10/03/2015

Image Image
Tunnel de la ligne 1 (© Métropole Européenne de Lille)

1 350
C’est le nombre de points lumineux qui éclairent le tunnel et les viaducs de la ligne 1, soit une lumière tous les 10 mètres environ. Pourquoi éclairer la ligne de métro ? Les rames n’ont pas besoin d’y « voir » pour circuler : elles sont automatiques ! Les règles de sécurité imposent d’éclairer les cheminements qui suivent les deux voies sur toute leur longueur. Il s’agit de les rendre parfaitement visibles aux passagers, personnels d’intervention, voire des secours, en cas d’évacuation d’une rame entre deux stations.

À cet éclairage dit « de cheminement » s’ajoute même un éclairage de secours, constitué de 900 Blocs Autonomes d’Eclairage de Sécurité (BAES). Ce fléchage lumineux fonctionne même en cas de panne d’électricité. Il indique la direction de la sortie la plus proche. Chaque BAES est doté de sa propre batterie qui lui assure une autonomie d’une heure. Chacun est également relié par un câble pilote au Poste de Commande Centralisée, qui est ainsi informé de son état de fonctionnement.

Le remplacement de l’ensemble de ces points lumineux est l’un des nombreux chantiers liés au passage de la ligne 1 à 52 m. Il est en cours depuis un an et devrait se poursuivre pendant une année encore.

En 30 ans (l’âge de la ligne 1), la réglementation a changé. Elle a notamment relevé le niveau d’éclairage requis le long des voies. Les techniques aussi ont évolué. Les ampoules actuelles fournissent plus de lumière en consommant moins d’électricité. Le doublement de la ligne 1 est l’occasion d’une remise aux normes et d’une remise à jour tant technique qu’économique.

Source : http://www.lillemetropole.fr/mel/actual ... laire.html
Une nuit dans le métro
mardi 24/03/2015

Le vice-président de la MEL aux Transports publics a convié la presse à une visite de nuit sur le chantier de la future ligne 1. Gérald Darmanin est revenu sur le caractère hors norme de ce projet.

In situ. Rendez-vous était donné à une heure du matin pour parler de la future Ligne 1 du métro. Les usagers le savent, les palissades en témoignent, leur métro est en plein chantier. A la clé : le doublement de la longueur des quais pour accueillir des rames deux fois plus grandes.
Ce chantier a commencé en 2012 et accuse du retard. Les nouvelles rames seront mises en service en 2018. Gérald Darmanin explique : « Le travail s’effectue entre 1 heures et 4 heures du matin, 230 entreprises participent à ce projet, la sécurité - dont les normes ont changé- est la priorité ». Et le vice-président de rappeler que pendant toute la durée du chantier, le trafic est maintenu, sans interruption.

Défi. Le doublement des rames s’accompagne d’un traitement de l’obsolescence ; rappelons que le VAL est né il y a 30 ans…
« Rénovation du pilote automatique, changement des façades de quais, de la ventilation dans les stations, dans les tunnels... », pour François Flamant, chef de projet à la MEL, la modernisation de la ligne 1 est un défi technique sur 13,5 km qui impressionne bien au -delà de la Métropole. "Le créneau d'intervention très court nous a conduit à mettre en oeuvre des techniques dont on est assez fiers. Nos voisins de Bruxelles sont très intérressés".

Sécurité. La visite se poursuit, arrive un camion remorque chargé des façades de quais qui seront posées en un temps record. Les mêmes que les usagers ont découvert dans la station Gare Lille Flandres. C'est impressionnant , ces modules de verre sont assemblés en un minimum de temps. "Une opération qui cache deux semaines de préparation en atelier", précise un technicien.
Cette nuit du 19 au 20 mars 2015, quatre personnes sont à l'oeuvre. "Les opérations de ce genre sont chirurgicales, les entreprises ont dû imaginer des méthodes de montage", insiste François Flamant. Les procédures de sécurité prennent à elles seules plus d'une heure !

CHIFFRES DE CHANTIER

230 entreprises : dont 75 % d'entre elles sont originaires du Nord-Pas de Calais et 50% du territoire métropolitain
18 stations modernisées et mises aux normes
13,5 km de chantier sans interruption de trafic

Source : http://www.lillemetropole.fr/mel/actual ... -nuit.html
Station Gambetta : importants travaux en cours
mercredi 25/03/2015

Image
© Métropole Européenne de Lille

Avec l’ouverture d’une nouvelle sortie, la station Gambetta est de celles qui vont connaître les plus importantes modifications à l’occasion du passage de la ligne 1 à 52 mètres. Ses travaux sont maintenant bien avancés.

ÉTAPE 1 - LE DÉMONTAGE

La première étape consistait à démonter la verrière pyramidale. Sa conception rendant son entretien quasi impossible, elle ne jouait plus vraiment son rôle initial de puits de lumière.

Depuis octobre, la verrière n’est plus qu’un souvenir pour les riverains de la rue de Flandre. L’emprise du chantier laisse voir que l’entreprise Norpac a comblé le trou, ce qui redonnera de l’espace au trottoir. Sous terre dans la salle des billets, elle reconstitue un plafond qui sera savamment éclairé. Des cloisons isolent encore les structures provisoires nécessaires à la construction de ce plafond.

Image
Dans la rue comme sous terre, la transformation de la station Gambetta fait l'objet d'importants travaux (© Métropole Européenne de Lille)

ÉTAPE 2 - LA NOUVELLE SORTIE

L’étape suivante, menée mi-mars, a été le percement de la nouvelle sortie vers la rue de Flandre. Deux fois plus long, le métro pourra transporter deux fois plus de voyageurs.

Les sorties, ou « émergences », doivent être en nombre suffisant pour permettre aux usagers de quitter la station avec fluidité. Les normes de sécurité définissent leur nombre et leur dimensionnement de façon rigoureuse.

À SAVOIR

Un chantier de cette envergure occasionne forcément des nuisances : bruit, poussière, circulation d’engins…
La Métropole Européenne de Lille a établi un cahier des charges très strict afin de les réduire au maximum.
Réaliser ces travaux sans arrêter la circulation rue de Flandre a par exemple imposé de réelles contraintes aux équipes. Elles les acceptent et les respectent pour gêner les moins possible usagers et habitants.

Source : http://www.lillemetropole.fr/mel/actual ... s-tra.html
Un nouveau local électrique construit Gare Lille Flandres
mercredi 01/04/2015

Image
© Métropole Européenne de Lille

À la station Gare Lille Flandres, des travaux se déroulent depuis des mois sans que les voyageurs s’en rendent compte. Ils consistent à construire deux nouveaux locaux électriques, sur près de 150 m2, dans la continuité des quais.

Image
Les nouveaux locaux techniques de la station Gare Lille Flandres (© Métropole Européenne de Lille)

Il sait si bien se faire discret qu’on l’oublierait presque. Le chantier de la nouvelle ligne 1 suit son cours sans étape spectaculaire. Pourtant, nuit après nuit, des compagnons descendent dans le tunnel et travaillent. Dans des conditions souvent difficiles, avec du bruit et de la poussière, sous la pression incessante de l’horloge : le premier métro doit impérativement démarrer à 5h12. Les entreprises en charge des différents marchés doivent faire face aux immanquables surprises que réserve un tel chantier, bousculant parfois les plannings. Ici, on découvre des réseaux de câbles souterrains, qu’il faut dévier avant de poursuivre un terrassement, là c’est une canalisation d’eaux usées...

Depuis plusieurs mois, une opération assez délicate progresse, insoupçonnable pour les voyageurs. Il s’agit de la construction de nouveaux locaux techniques dans le prolongement des quais de la station Gare Lille Flandres.
La difficulté réside dans l’emplacement de l’emprise : une bande d’environ 5 mètres de large pour une trentaine de long, coincée entre les lignes 1 et 2. On y accède par un couloir étroit et sinueux ou par les voies. C’est bien sûr la deuxième option qu’ont empruntée les maçons pour apporter ciment, parpaings, ferraillages… Ils ont édifié deux locaux en dur, de 15 et 13 m de long sur 5 de large.

Dans le premier prendra place l’un des trois nouveaux Postes de Redressement (PR), un énorme transformateur qui convertit le 20 000 volts fourni par EDF en 750 V qui alimente la traction des rames. L’autre abritera un Poste Eclairage et Force (PEF). Lui transforme le 20 kV d’EDF en 220 V ou en triphasé (380 V) pour alimenter tous les équipements de la station : portes automatiques, éclairage, escaliers mécaniques, distributeurs... Il y a donc un PEF dans chaque station.

Les maçons livrent un local nu et propre aux spécialistes des courants forts et aux automaticiens. Ceux-ci vont ensuite remplir ces locaux d’appareils électriques des plus sophistiqués (la plus grosse pièce est un transfo de 2 500 kW, assez fragile malgré ses 7 tonnes). Vers le PEF convergeront plusieurs centaines de câbles que des électriciens font cheminer sous les quais, dans les faux plafonds… Tous ces travaux nous sont le plus souvent invisibles. Il y a de l’affluence la nuit sur la nouvelle ligne 1.

Source : http://www.lillemetropole.fr/mel/actual ... /page.html

fandumetro

Re: MÉTRO : Doublement des rames de la ligne 1

Message non lu par fandumetro » 29 juil. 2015 12:06


Vlys
Modérateur
Messages : 324
Enregistré le : 08 oct. 2011 12:01

Re: MÉTRO : Doublement des rames de la ligne 1

Message non lu par Vlys » 29 juil. 2015 17:19

Ces photos venaient du forum justement : http://www.translille.com/forum/viewtop ... =22&t=1316 ;)
papy59 a écrit ::hello: Bonjour,

Un collègue nous a mis les photos suivantes:

Image

Image

Image

Image

Image

Image

Image


En voilà une qui arrive à quatre cantons je pense..... :hello:

Mais voici les photos officielles :
On voit que les tronçons extrêmes et intermédiaires sont bien là.

Les autres actus :
Un bloc de béton s’envole à Gambetta
lundi 20/04/2015

Image
© Métropole Européenne de Lille

L’équipe de Norpac et le grutier de Médiaco ont retiré le dernier rempart entre la future nouvelle entrée et la salle des échanges de la station Gambetta : un bloc de béton de plus de 4 tonnes, découpé avec une précision chirurgicale dans la paroi extérieure de la station.

Image
Retrait de la dalle béton Station Gambetta (© Métropole Européenne de Lille)

Après de longs préparatifs, la grue, capable de soulever 40 tonnes, a levé le bloc, a pivoté sur elle-même, et a déposé sa charge dans une benne, délicatement. Sans bruit.
La difficulté tenait surtout à l’exiguïté du périmètre d’évolution. Le bloc de béton devait voyager dans les airs en restant toujours à la verticale de la zone de chantier délimitée, entre la circulation de la rue de Flandre, les piétons et les façades d’une résidence d’étudiants. Le grutier travaillait le plus souvent à l’aveugle, guidé à la radio par le chef de manœuvre, le compagnon à la chasuble verte. L’opération aura duré près de 4 heures.

Prochaine étape du chantier : la construction de l’escalier.

Source : http://www.lillemetropole.fr/sites/lmcu ... age-1.html
Un nouvel escalier mis en service à la station Caulier
mercredi 29/04/2015

Image
© Métropole Européenne de Lille

Le premier nouvel escalier vient d’être mis en service dans le cadre du chantier de modernisation de la ligne 1. Pour le confort des usagers et le respect des normes de sécurité, il y en aura beaucoup d’autres d’ici la fin du chantier.

Image
Le nouvel escalier de la station Caulier (© Métropole Européenne de Lille)

Quelques bâches et échafaudages, qui occupaient la descente entre la salle des billets (niveau – 1) et la salle des échanges (niveau – 2) de la station Caulier, ont laissé place à un escalier flambant neuf. C’est le premier nouvel escalier ouvert au public, dans le cadre du chantier de la Nouvelle ligne 1. Il y en aura beaucoup d’autres.
En effet, le doublement de la longueur des rames de métro et des quais exploités va entraîner une augmentation de la fréquentation. La Métropole Européenne de Lille table sur une hausse de 50 % du nombre de voyageurs transportés.

Pour le confort des usagers, il faut donc adapter la capacité de circulation dans les stations. Pour leur sécurité, on doit aussi accroître les possibilités d’évacuation. Des normes très rigoureuses fixent le nombre d’escaliers nécessaires : en cas d’urgence, une station souterraine doit être évacuée en moins de 10 minutes.

Seuls les escaliers fixes sont pris en compte dans le calcul du flux de personnes, car on monte moins vite par un escalier mécanique à l’arrêt. C’est pourquoi on va construire près de 40 nouveaux escaliers fixes sur l’ensemble de la ligne. C’est également pourquoi 11 des 18 stations que compte la ligne 1 vont voir apparaître de nouvelles sorties (les spécialistes parlent d’émergences), comme se sera bientôt le cas à Caulier. D’autre part, toutes les stations vont être équipées d’Espaces d’Attente Sécurisés permettant aux personnes à mobilité réduite de se mettre à l’abri, en cas d’incendie en particulier.

Selon les calculs qui servent à fixer les normes de sécurité en vigueur dans les stations de métro, un escalier fixe permet le passage de 50 personnes par minute et par mètre de large (en montée).
L’escalier de Caulier mesure 2 m de large. Il permet donc l’évacuation de 100 personnes par minute. Un marcheur moyen peut gravir cet ouvrage de 38 marches (en deux volées) en moins de 40 secondes.

Source : http://www.lillemetropole.fr/sites/lmcu ... age-2.html
Un câble haute tension au plafond du tunnel
lundi 08/06/2015

Image
© Métropole Européenne de Lille

Dans le tunnel de la ligne 1 circule, certaines nuits, un convoi assez exceptionnel. Il déroule un câble du diamètre d’un manche de pioche : l’artère haute tension qui alimentera la traction des rames de 52 mètres. Juchés sur des escabeaux télescopiques montés sur roulettes, des hommes l’accrochent et le fixent au plafond. Port de chaussures de sécurité, casque, parka fluo et gants obligatoires.

Image
Câble haute tension accroché au plafond du tunnel de la ligne 1 (© Métropole Européenne de Lille)

Pont de Bois, un mercredi à 1h15. Le dernier métro a déposé les ultimes voyageurs et rejoint sa voie de remisage depuis un moment déjà. Toutes lumières allumées, la station semble dormir les yeux ouverts. Sous le regard incrédule de deux agents d’entretien, une quinzaine d’hommes, en casques blancs et parkas fluorescentes, investissent la salle des billets, comme on entre dans un saloon. On plaisante, s’invective, lâche un dernier commentaire sur la soirée télé… Ce n’est pas le moment de se laisser gagner par l’épais silence qui enveloppe la ville.

Sous la responsabilité de David Delassus, conducteur de travaux de l’entreprise Cofely-Ineo, l’escouade a devant elle une fenêtre de trois heures de travail. Sa mission : dérouler deux fois 600 m de câble haute tension (HT) à accrocher soigneusement au plafond du tunnel. Constituée d’électriciens HT d’Inéo et tireurs de câble de l’entreprise STAE, à Lens, l’équipe est rôdée. Elle a déjà tiré 900 m de câble en une nuit. Pour autant, personne ne vendrait la peau de l’ours : on n’est jamais à l’abri d’un aléa.

Le programme de la nuit prévoit la pose de deux câbles parallèles entre un point de livraison de courant HT d’ERDF et le Poste de redressement (PR) de Lezennes. « Toutes les alimentations sont doublées, précise le conducteur de travaux. Une artère de secours doit prendre immédiatement le relais en cas de panne. » Entre ces deux « armoires », le câble doit être en une seule longueur : pas question de soudure sur ce cordon ombilical de la traction du métro. Il transporte le « 20 kilos » fourni par EDF (20 000 volts), que le PR transformera en 750 v continu, et qui sera délivré aux voies par un autre tronçon de câble HT. Ce « 185 carré unifilaire » (comprenez 185 mm² de section, soit le diamètre d’un manche de pioche pour le câble et sa gaine isolante et protectrice) pèse environ 2 kg/m, soit 2 T pour 1 km. Il est bien sûr résistant au feu, ce qui permet d’alimenter les équipements de sécurité même en cas d’incendie dans le tunnel. En attendant d’être branchées à leurs cellules électriques, les deux extrémités du câble seront laissées en attente au plafond du tunnel, pour ne pas gêner la circulation des rames qui reprend dès 5h12.

Image
Pose d'un câble au plafond du tunnel de la ligne 1 (© Métropole Européenne de Lille)

Pendant que, sur le quai, les gars commencent à préparer le matériel, David appelle le Poste de Commande Centralisée (PCC). Après identification, le PCC l’autorise à taper le rupteur, ultime manœuvre de la procédure de consignation de la voie (une coupure de courant ultra sécurisée), et lui donne l’heure à laquelle le chantier devra impérativement avoir libéré les lieux.

1h42, David ouvre les portes donnant accès à la voie. C’est le feu vert que l’équipe attendait. Chacun connaît son rôle. En quelques instants, tout est descendu sur la voie. Les escabeaux télescopiques sont fixés sur les lorrys (des bacs à roulettes sur mesure pour circuler sur les bandes de roulement). On n’attend plus que le train de travaux qui transporte le câble. Transpole fournit le tracteur et son chauffeur. Inéo a conçu et fait fabriquer une remorque spécifique pour le chantier. Elle peut transporter trois tourets de câbles, qui se dévident en parallèle. « Avec trois tourets en même temps, ça devient un peu délicat », admet David.

Le bruit caractéristique du diesel annonce l’arrivée du convoi dont les phares éclairent déjà le virage. Au coup de klaxon, chacun se range sur la voie libre. Le train traverse la station au ralenti et s’immobilise. On ne sent pas trop l’échappement. La ventilation du tunnel réglée en extraction fait son boulot.

Chacun rejoint son poste. Côté train de travaux, le pilote du tracteur et la vigie, en queue de remorque, sont en place, radios allumées. David et un collègue montent sur la remorque pour prendre les commandes du déroulage. Des galets motorisés font tourner les dévidoirs, ces bobines de câble qui peuvent peser jusqu’à 2 tonnes. Deux binômes de tireurs de câble grimpent dans les nacelles situées en sortie des dévidoirs. Leur rôle : déposer le câble, à mesure qu’il se déroule, sur les crochets fixés au plafond. Plus leurs gestes sont fluides et précis, moins les tendeurs automatiques n’interviennent pour compenser les à-coups. À ce jeu de bras en l’air, le tandem de tête est d’une régularité de métronome. « Je vous garantis qu’après 900 m de câble, on a un peu mal aux biceps » assure pourtant le conducteur de travaux.
Le convoi, d’une vingtaine de mètres de long, avance à 2 km/h. Il est suivi des quatre lorrys surmontés d’escabeaux, installés par le reste de l’équipe sur les deux voies. Des hommes poussent les chariots, tandis que leurs collègues en haut des escabeaux fixent les câbles sur les crochets. Il y a un crochet tous les 1,20 m… soit quelques milliers de supports, que d’autres compagnons continuent de fixer chaque nuit sur les 13,8 km de la ligne 1. La nuit avance au pas du train travaux. Les deux tourets de 600 m de câbles se déroulent plus facilement que le tuyau d’arrosage de votre jardin. « Sur l’ensemble de la ligne, nous devrons dérouler 186 km de câble » rappelle le conducteur de travaux.

Source : http://www.lillemetropole.fr/sites/lmcu ... roche.html

Avatar du membre
papy59
Messages : 211
Enregistré le : 03 mai 2013 10:08

Re: MÉTRO : Doublement des rames de la ligne 1

Message non lu par papy59 » 30 juil. 2015 08:32

:hello: Cette rame sera en essai, effectivement, pour des essais de gabarits entre autre je pense..... :hello:

Avatar du membre
JF
Messages : 2597
Enregistré le : 07 oct. 2011 17:04
Localisation : Comines

Re: MÉTRO : Doublement des rames de la ligne 1

Message non lu par JF » 30 juil. 2015 11:57

papy59 a écrit ::hello: Cette rame sera en essai, effectivement, pour des essais de gabarits entre autre je pense..... :hello:
Donc de nuit et tractée par un tracteur de travaux ?

Avatar du membre
SteveRoubaix
Messages : 999
Enregistré le : 16 juin 2013 12:07
Localisation : Roubaix
Contact :

Re: MÉTRO : Doublement des rames de la ligne 1

Message non lu par SteveRoubaix » 30 juil. 2015 15:44

JF a écrit :
papy59 a écrit ::hello: Cette rame sera en essai, effectivement, pour des essais de gabarits entre autre je pense..... :hello:
Donc de nuit et tractée par un tracteur de travaux ?
En conduite manuelle c'est possible.
STEVEROUBAIX :hello:
MTB Lille : YouTube -Site web - Twitter - Facebook
Mon avatar : Iveco Urbanway 12 GNC Bus World
Facebook : Steve Crealis

Avatar du membre
papy59
Messages : 211
Enregistré le : 03 mai 2013 10:08

Re: MÉTRO : Doublement des rames de la ligne 1

Message non lu par papy59 » 31 juil. 2015 08:27

:hello: Oui certainement tractée par l'Unimog.... :hello:

Avatar du membre
JF
Messages : 2597
Enregistré le : 07 oct. 2011 17:04
Localisation : Comines

Re: MÉTRO : Doublement des rames de la ligne 1

Message non lu par JF » 01 août 2015 11:08

papy59 a écrit ::hello: Oui certainement tractée par l'Unimog.... :hello:
Et je suppose que ce sera pour les habituels essais de gabarit en ligne, en courbe et en station ?

Vlys
Modérateur
Messages : 324
Enregistré le : 08 oct. 2011 12:01

Re: MÉTRO : Doublement des rames de la ligne 1

Message non lu par Vlys » 09 nov. 2015 19:54

[réservé]

Vlys
Modérateur
Messages : 324
Enregistré le : 08 oct. 2011 12:01

Re: MÉTRO : Doublement des rames de la ligne 1

Message non lu par Vlys » 09 nov. 2015 19:54

Migration électrique
jeudi 24/09/2015

Image
© Métropole Européenne de Lille

On a déjà parlé ici de la construction d’un nouveau local électrique dans la continuité des quais de la station Gare Lille Flandres. Cet espace de près de 150 m², aussi blanc et climatisé qu’un bloc opératoire, est désormais rempli de transformateurs et d’armoires électriques dernier cri. Il abrite notamment un Poste Eclairage et Force (PEF).

Image
© Métropole Européenne de Lille

« Le PEF est à la station de métro ce que le tableau électrique est à votre maison, résume Arnaud Demarle, responsable Maintenance courants forts chez Transpole. Mais à l’échelle industrielle ! Chez vous, il y a peut-être un disjoncteur ou un fusible pour toutes les prises de courant d’un étage. Dans le PEF d’une station de métro, il y un départ pour un escalier mécanique, un départ pour l’éclairage de chaque demi quai, et ainsi de suite pour chaque gros équipement. »
Il y a donc un PEF dans chaque station. Ce poste électrique assure la fonction de distribution et de gestion de l'énergie nécessaire au fonctionnement des tous les appareils présents en station. En amont, il transforme le 20 000 V d’EDF en 220 V ou en triphasé (380 V), qui alimente ces équipements. C’est donc un poste où se côtoient haute tension et basse tension. Ce qui impose des normes de sécurité très rigoureuses. En aval, le PEF regroupe les départs vers tous les appareils : portes automatiques et grilles d’entrée, éclairage de la station et du tunnel, ventilation, escaliers mécaniques, distributeurs de titres de transport, valideurs, signalétique, commerces...

Le PEF de Gare Lille Flandres est le plus important du réseau. Tout simplement parce que « Gares », comme on la nomme encore chez Transpole, est le principal noeud du réseau : les deux lignes de métro s’y croisent ; elle est le point de départ du tramway ; sa salle des échanges abrite en outre plusieurs commerces, un mur d’images et une importante agence Mobilités ; enfin, ses coulisses sont le siège du Poste de Commande Centralisée (PCC). «Le PEF de Gare Lille Flandres regroupe quelques 200 départs, dit Arnaud Demarle. Il y en a environ 70 à Quatre Cantons, station aérienne, donc sans ventilation, qui compte 2 escaliers mécaniques et 2 ascenseurs. Chaque station est spécifique.»

Le passage de la ligne 1 à 52 m nécessite le re-dimensionnement des PEF : une station plus grande, c’est plus d’éclairage, de signalétique, des équipements supplémentaires… Il faut donc une armoire électrique plus importante. C’est aussi l’occasion d’une remise à neuf des postes électriques et de tout le plancher technique, là où courent les centaines de câbles. Les techniciens appellent « migration », le basculement de l’ancien vers le nouvel équipement.
En considérant la livraison du matériel, la migration du PEF de Gare Lille Flandres s’est étalée sur plus de deux mois, à raison de cinq nuits de travail par semaine. Car, bien sûr, ces opérations ne sont possibles que lorsque le métro est au repos. « Cela implique un bon travail de préparation en amont, constate un responsable chez Cofély-Inéo, l’entreprise en charge de ces travaux électriques. Du repérage des câbles à la mise en place des chemins de câbles. Ensuite, la migration s’apparente à un jeu de taquin dans un espace très restreint. On consigne. On dé-câble. Souvent, on doit changer les câbles qui sont usés, les rallonger, mettre des boîtes, avant de rebrancher. Tout cela ne doit avoir aucun impact sur l’exploitation. À 4h30, tout doit fonctionner comme la veille. Nous arrivions à traiter une dizaine de départs par nuit. Nous avons consacré les deux dernières semaines à une vingtaine de départs très sensibles, pour lesquels Transpole a instauré des procédures de coupures particulières. Et tout s’est bien passé. » Les équipes d’Inéo n’en ont pourtant pas totalement terminé avec la migration du PEF Gare Lille Flandres. Il leur reste à évacuer les anciens matériels. Cette dernière opération n’est pas anodine, car elle devra s’effectuer par la voie, et toujours entre 1h30 et 4h30 du matin.

Source : http://www.lillemetropole.fr/sites/lmcu ... triqu.html

Vlys
Modérateur
Messages : 324
Enregistré le : 08 oct. 2011 12:01

Re: MÉTRO : Doublement des rames de la ligne 1

Message non lu par Vlys » 09 nov. 2015 19:54

La ligne 2 se prépare...
jeudi 01/10/2015

Image
© Métropole Européenne de Lille

L’arrivée de rames de 52 m sur la ligne 1 va permettre le transfert de rames vers la ligne 2. Avec pour conséquence un accroissement de sa capacité de transport de 30 %. Pour stocker et entretenir les trains supplémentaires, il faut agrandir les garages-ateliers. Au terminus CH-Dron de Tourcoing, les travaux sont bien avancés.

Image
Au terminus CH Dron de la ligne 2, le garage-atelier fait peau neuve, pour accueillir les futures rames issues de la ligne 1 (© Métropole Européenne de Lille)

Le doublement de la ligne 1 profitera aussi à la ligne 2. En effet, à chaque fois qu’une nouvelle rame de 52 m entrera en service sur la ligne 1, Transpole transfèrera une rame de 26 m vers la ligne 2. À terme, ce sont ainsi 27 rames qui rejoindront la ligne 2, faisant passer son parc de 90 à 117 rames. Ceci permettra d’accroître la fréquence de passage et augmentera de 30 % sa capacité de transport.

Plus de rames en exploitation, ce sont plus de rames à remiser et à entretenir. C’est pourquoi la Métropole Européenne de Lille a mis sur les rails l’agrandissement des garages et ateliers de la ligne 2, il y a plus d’un an.
Au-delà du terminus CH-Dron, à Tourcoing, les travaux sont déjà bien avancés. Un bâtiment d’environ 200 m de long par 20 m de large est sorti de terre : le nouveau garage. Il abritera 4 voies pouvant chacune accueillir 6 rames. Ce qui portera la capacité du garage Dron de 30 à 54 rames de 26 m.

Extérieurement, ce bâtiment de type industriel ressemble comme un frère au garage originel auquel il est accolé. Sa conception et les matériaux contemporains améliorent pourtant sa ventilation et son éclairage naturel. À l’intérieur, la charpente apparente de bois clair donne à ce vaste hangar vide des airs de salle de sport.

Aux nouveautés architecturales s’ajoute une innovation qui échappe totalement au regard du visiteur. Une citerne de 45 m3 est enterrée sur le côté du bâtiment. Elle reçoit les eaux de pluie collectées par le chéneau commun aux deux bâtiments (l’ancien et le nouveau), soit environ 9 000 m² de toiture. Cette eau, juste filtrée, alimentera la machine à laver des rames de métro. Une solution économique et écologique.

Source : http://www.lillemetropole.fr/sites/lmcu ... gne-2.html

Vlys
Modérateur
Messages : 324
Enregistré le : 08 oct. 2011 12:01

Re: MÉTRO : Doublement des rames de la ligne 1

Message non lu par Vlys » 09 nov. 2015 19:54

Une opération de poids
lundi 12/10/2015

L’été a été propice à différentes opérations d’importance sur le chantier de la nouvelle ligne 1. La plus spectaculaire concernait le garage-atelier, avec le déplacement d’une dalle de béton de 63 tonnes. [...]

Source : http://www.lillemetropole.fr/sites/lmcu ... age-3.html

Vlys
Modérateur
Messages : 324
Enregistré le : 08 oct. 2011 12:01

Re: MÉTRO : Doublement des rames de la ligne 1

Message non lu par Vlys » 09 nov. 2015 19:55

La station Fives fait peau neuve
mardi 20/10/2015

Le passage de la ligne 1 à 52 mètres implique la rénovation de nombreuses installations techniques devenues obsolètes. La Métropole Européenne de Lille a également voulu saisir cette occasion pour remettre au goût du jour certaines stations. C’est le cas en ce moment à Fives. [...]

Source : http://www.lillemetropole.fr/sites/lmcu ... age-4.html

Répondre